mardi 27 novembre 2018

Bourse aux plantes


 
 Beaucoup de passage samedi pour notre Bourse aux plantes, à la salle Ty Kreis Ker de Saint-Urbain. Comme chaque année maintenant, chacun a pu trouver son bonheur entre les boutures, bulbes divers, plantes aromatiques, graines...


Cette année, Denis Jaffré était présent pour nous présenter son bac de capture à frelons asiatiques. A noter que les grilles (à adapter sur le contenant de votre choix) font parties de la commande groupée de cette année.



Nous avions également un stand de la maison de la Bio pour présenter le jardinage au naturel et surtout rappeler l'interdiction de l'utilisation et de la détention des produits phytosanitaires à partir du 1er janvier 2019.

jeudi 22 novembre 2018

Programme 2019


Samedi 26 janvier : entretenir son jardin au naturel (désherber, enrichir, traiter) avec Charly Rio de la Maison de la Bio, et collecte de produits phytosanitaires, à la salle Ty Kreis Ker de Saint-Urbain.
Samedi 23 février : démarrer un potager en carrés : la préparation, les légumes faciles, les bonnes associations…
Samedi 30 mars : bien conduire une vigne avec la visite de la vigne de Loperhet.
Samedi 27 avril : La biodynamie, qu’est-ce que c’est ? Comment l’adapter à nos jardins.
Samedi 25 mai : tout savoir sur les adventices : les reconnaitre, s’en débarrasser ou les utiliser…
Samedi 29 juin : l’eau au jardin, de la récupération jusqu’à une bonne utilisation.
Samedi 28 septembre : cultiver un parterre d’aromatiques et comment bien les conserver.
Samedi 26 octobre : entretenir son matériel à moteur. Atelier pratique.

Samedi 30 novembre : bourse aux plantes.

mardi 6 novembre 2018

Comment aménager un talus

Une vingtaine de personnes avait bravé le froid et la pluie ce dernier samedi d'octobre pour en savoir plus sur l'aménagement des talus. C'est Laurent Ranou, jardinier du Parc d'Armorique, qui était à la manœuvre chez Maurice. Après un rappel historique sur l'apparition des talus et leurs tracés, Laurent a expliqué le concept le zones riches et pauvres qu'il faut répartir dans son jardin. "Typiquement, le potager doit être une zone enrichie. Mais pas le verger. Il faut que l'arbre souffre un peu pour donner de nombreux fruits."
Et pour appauvrir, rien de plus simple : "il faut faucher au moment de la floraison et surtout ne pas laisser les herbes sur place se décomposer. Et pareil à l'automne, il faut enlever les feuilles mortes." Des arbres fruitiers peuvent ainsi tout à fait pousser sur le dessus du talus. Ce peu être également le cas d'arbres d'ornement ou d'arbustes.
Démonstration en extérieur où Maurice a remplacé une haie de conifères par un talus, aujourd'hui recouvert d'herbe. L'occasion pour Laurent de rappeler quelques règles de plantation. "Il n'est pas utile de faire une grand trou de plantation, pour ne pas bouleverser la vie du sol. Pas la peine non plus d'enrichir le fond du trou : il faut nourrir les racines par le dessus."
Sachant qu'en Bretagne le sol manque généralement de carbone et comporte trop d'azote, il est conseillé de ne pas pailler avec de l'herbe mais plutôt de la paille. Si vous plantez au milieu d'une bâche, pensez à donner un coup de talon et mettez une pierre pour aider l'eau à s'infiltrer.

mercredi 31 octobre 2018

Assemblée générale : une grainothèque en projet

L'Assemblée générale de l'association s'est tenue jeudi 25 octobre à la salle Ti an Holl de Saint-Urbain. L'occasion de revenir sur le riche programme de l'année passée et de souligner le succés rencontré par notre stand sur l'opération "Jardiner c'est naturel" au manoir de Kerliver à Hanvec.
Pour 2019,  l’association continuera ses séances sur un rythme mensuel, le dernier samedi du mois sauf exception, avec une interruption en juillet et en août et la cotisation reste fixée à 5 € par an. Parmi les thèmes qui seront abordés, la conduite d'une vigne, le désherbage au naturel, l'entretien du matériel à moteur ou comment commencer un carré potager. 
Il a également été décidé de reconduire une commande groupée, avec comme l'an dernier du terreau et d'autres produits (film noir, voile anti-insectes, engrais verts). Nous allons également reprendre contact avec Denis Jaffré pour proposer des pièges à frelons asiatiques.
Enfin, nous avons présenté le projet de grainothèque que nous souhaitons mettre en place au printemps, en lien avec la bibliothèque de Saint-Urbain et sans doute l'école. Il est envisagé de mettre à disposition des sachets et un mode d'emploi (des conseils pour récolter et proposer de bonnes graines). Le lancement de cette grainothèque pourrait faire l'objet d'une soirée spéciale à la bibliothèque et d'une exposition.

mardi 25 septembre 2018

Comment produire ses graines








Les graines, tout savoir pour les récolter et les conserver : tel était le thème de notre dernière séance qui se tenait chez Jean-Pierre à Saint-Urbain. Aujourd'hui, de moins en moins de jardiniers produisent leurs graines, achetant des sachets ou même des plants. "Pourtant, produire ses graines n'est pas compliqué, expose Jean-Pierre. Et cela présente pleins d'intérêts."
Pour bien comprendre l'intérêt de la chose, Maurice et Jean-Pierre nous exposent le circuit des graines vendues dans le commerce, les hybrides F1 (croisement de deux variétés d'une même espèce où seule la première génération dite F1 aura les caractéristiques annoncées sur le paquet)... "Produire ses graines permet aussi de mieux adapter les plantes à leur milieu", poursuit Maurice en prenant l'exemple de Pascal Poot qui arrive à produire des légumes sans irrigation dans l'Hérault (voir ici).
L'exposé se poursuit avec les différentes catégories de légumes, les différents types de fleurs et donc différents types de graines. Reste maintenant à passer à la pratique. "Il faut choisir le plus beau plant que l'on va laisser monter en graines, reprend Jean-Pierre. La récolte se fait lorsque le fruit est bien mûr ou que la fleur soit bien fanée et sèche." Chacun peu ensuite découvrir des inflorescences de salade, poireau
x, radis... Sans oublier les démonstrations pour extraire les graines.
Vient ensuite le temps de la conservation. "Les graines doivent être bien sèches. Il faut alors les conserver au sec et dans le noir... et ne pas oublier de bien les étiqueter !" Jean-Pierre en profite pour rappeler que toutes les graines ne se conservent pas le même nombre d'années (voir ici) et qu'elles ne germent pas toutes à la même température (voir ici).
Pour finir par un petit tour dans le jardin, voir la serre aux tomates et les différents rangs de légumes dont certains avec des plants montés en graine.











La séance a également été l'occasion de parler du projet de grainothèque qui pourrait être installée dans la bibliothèque de Saint-Urbain. Nous le présenterons plus en détails lors de notre assemblée générale le jeudi 25 octobre.

dimanche 1 juillet 2018

Dans les jardins du manoir de Kervern Treanna


Pour sa dernière séance avant l’été, l’équipe de Café Jardin avait donné rendez-vous au manoir de Kervern-Treanna à Dirinon. Et malgré la concurrence du football, une trentaine de personne s’est retrouvé sur les bords de la rivière de Daoulas pour visiter le parc de 4 hectares aménagé sur d’anciennes carrières d’argile.

Pour commencer,  notre hôte, Christian Cornec, l'ancien médecin et maire de Loperhet, brosse l’histoire des lieux. A commencer, en 515, par l’arrivée de santez Petronel (sainte Pétronille) qui  venant d’Irlande s’installe dans ce méandre de la rivière. Puis, après le passage des Vikings, l’histoire du manoir se confond avec celle des Kervern et des Treanna.
La famille disparaitra à la révolution et le manoir deviendra une ferme jusqu’en 1953. A cette date, il est vendu au propriétaire de la briqueterie de Landerneau… surtout intéressé par les terres riches en argile. Le manoir est laissé à l’abandon et le lieu devient une immense carrière à ciel ouvert.
En 1970, c’est à un ingénieur belge que la bâtisse a dû sa renaissance. Puis, la propriété est rachetée par un allemand, créateur des magasins C et A, qui se consacre aux extérieurs et, après la tempête de 1987, transforme la carrière en jardin zen.




Propriétaire depuis maintenant onze ans, Christian Cornec en assure l’entretien... lorsqu'il ne s'occupe pas de réhabiliter l'histoire de sainte Pétronille. «Le jardin vit au rythme des tempêtes. La dernière, Zeus, en mars 2017, a causé d’importants dégâts, mettant à terre des centaines
d’arbres. »
Là, après le déblayage des souches, une bordure d’hortensias commence à voir le jour. Au fil des allées, azalées, rhododendrons, hortensias déploient leurs feuillages. Ici, bambous, fougères participent au côté zen des lieux. Sans oublier un petit coucou aux chèvres, invitées à participer à l’entretien : « elles n’ont pas leur pareil pour maîtriser le lierre et les ronces. »

Pour en savoir plus sur sainte Pétronille, le site de l'association Mignoned santez peronel.



mardi 29 mai 2018

Des traitements au naturel

"Zéro phyto" : après les espaces publics, au 1er janvier 2019, l'achat, la détention et l'utilisation de pesticides seront interdits pour les particuliers. Mais alors que faire pour sauver nos salades des limaces, combattre les pucerons ou aider nos légumes à mieux pousser ? Voilà planté le décor de la dernière réunion de Café Jardin qui a regroupé une trentaine de personnes chez Jean Petitbon à Daoulas. Pour nous aider, Charly Rio, de la Maison de la Bio à Daoulas, est venu prodiguer ses conseils et partager ses astuces.


Une barrière efficace contre les limaces
pour protéger les jeunes plants : prendre
un tronçon de bouteille en plastique, sur 10 cm 
couper de fines lanières que l'on recourbe
et placer autour des plants en enterrant un peu. 
"Les limaces peuvent essayer de monter,
explique Charly Rio, arrivées aux lanières
recourbées, elles vont inévitablement
tomber."











Premier ennemi à combattre : les limaces. Il y a ceux qui sortent à la nuit tombée pour les ramasser, ceux qui utilisent des antilimaces bio -"attention à ne pas en abuser car il agit également sur le ver de terre", précise Charly- ou ceux qui grattent le sol pour faire remonter les œufs à la surface et les laisser sécher au soleil. Mais il y a également le piège à bière, à ne pas enterrer complètement pour éviter que des insectes utiles se noient dedans ou la fabrication de barrières protectrices pour les jeunes plants.
"Et pour ceux qui aiment les hostas, un simple fil de cuivre autour du pot suffira à faire fuir les limaces."
Place aux pucerons. "On peut se faire aider des perce-oreilles, explique Charly. Un peu de paille ou d'herbes sèches dans un pot de fleur que l'on retourne et que l'on place au sol, là où sévissent des perce-oreilles. Ils sont faciles à trouver car ils ont la manie de couper les boutons de fleurs comme les roses ou les dalhias pendant la nuit. Il suffit ensuite de suspendre le pot dans les arbres infectés par les pucerons." Attention également aux sols trop riches qui vont participer à la venue des pucerons sur vos haricots ! Et pour repousser les fourmis qui voudraient installer un élevage sur vos plantations, de la lavande (des fleurs ou quelques gouttes d'huile essentielle) far l'affaire.
Autre traitement possible, une pulvérisation à base de savon noir (3 cuillerées à soupe pour 1 litre d'eau). Et en pulvérisant savon noir et huile de colza (2 cuillerées à soupe de savon et autant d'huile pour 1 litre d'eau), vous traiterez également contre les cochenilles.
Et pour aider les plantes à mieux pousser ? Pensez aux purins ! "Nos favoris sont l'ortie, la consoude et la prêle, présente Charly. Et il faut rajouter un quatrième, la fougère. L'ortie, riche en azote, et la consoude, riche en potasse, vont favoriser la pousse et la floraison. La prêle, riche en silice, va stimuler les défenses immunitaires de la plante, réparer ses blessures. La fougère, elle, intervient comme insecticide. Elle fait des merveilles sur les taupins !"
Reste que la solution la plus durable pour lutter contre les indésirables, c'est "aménager son jardin pour favoriser la bio diversité", reprend Charly. "Attirer les oiseaux, les hérissons, les crapauds, les carabes... en leur offrant gîte et couvert, voilà vers quoi doit tendre le jardinier au naturel."
Et pour en savoir plus, deux document en cliquant ci-dessous :
- La recette du purin
- les "4 Mousquetaires"